Il vous reste une journée pour cueillir Baies édition limitée >

les éditions d’artistes


Curieux, ouverts, sensibles à la beauté du monde entier

Curieux, ouverts, sensibles à la beauté et aux cultures du monde entier : tels étaient Desmond Knox-Leet, Yves Coueslant et Christiane Montadre, les trois esthètes amateurs à l’origine de diptyque.

Perpétuant la philosophie du trio fondateur, le regard de diptyque sur le monde a continué de s’enrichir de collaborations multiples. En 2021, pour ses soixante ans, la Maison en fait la démonstration en conviant cinq artistes de renommée internationale à imaginer une création originale dans le cadre du Grand Tour, avant-dernier volet de cette année hors-norme. Un voyage en 5 escales, 5 artistes et 5 éditions exclusives à découvrir dès septembre 2021 dans une exposition à Paris et des pop-ups dans le monde entier. L’art et diptyque ont définitivement partie liée.

De cultures, de disciplines et de sensibilités différentes, les artistes sur la carte du Grand Tour partagent un intérêt commun pour l’autre et ce qui les entoure. Leurs techniques et leurs pratiques sont plurielles, à l’image des destinations qu’ils ont été invités à sublimer. Comment les perçoivent-ils ? Et selon quels contours ? La réponse en cinq propositions artistiques aux parfums d’ailleurs.

Un temps après la jeunesse

Joël Andrianomearisoa

Un temps après la jeunesse
3 400 €

34 éditions numérotées disponibles

Commander

Pour célébrer Paris, destination inaugurale et berceau de la Maison, diptyque a fait appel à l’artiste malgache internationalement reconnu Joël Andrianomearisoa, premier artiste à représenter son pays à la Biennale de Venise en 2019, qui a choisi la capitale française comme ville de cœur pour ses émotions et son rayonnement. « Paris est une force vive française mais aussi mondiale. Elle entretient des discussions permanentes avec le reste du monde. On aime Paris parce qu’on aime à la fois la campagne, l’architecture, la culture. Elle incarne le romantisme, l’esthétisme et Paris est un élément esthétique presque parfait », confie l’artiste. Son projet, intitulé Un temps après la jeunesse, est un hommage au Paris littéraire ainsi qu’à l’histoire passée et à venir de diptyque.

« Le titre était évident car c’est un anniversaire très symbolique d’avoir soixante ans. Cela signifie que l’on a déjà écrit une grande histoire mais qu’il reste encore de nombreux chapitres. Le projet pose la question de savoir comment repositionner la jeunesse et également comment diptyque visualise ce temps nouveau. » Sa proposition prend la forme d’un « récit mêlant présent, projection et mélancolie » imprimé sur 34 écriteaux rassemblés dans « une boîte noire comme un monolithe, qui représente Paris comme un roman, car Paris est un roman. » 34 comme 34 boulevard Saint-Germain, l’adresse historique de diptyque et comme le nombre d’exemplaires numérotés de cette édition d’exception, parfumée selon une technique d’imprégnation du papier de la fragrance de l’escale conçue par Olivia Giacobetti - l’odeur du bois ciré des antiquaires, du pavé parisien et des pages de livres anciens, une note fumée en plus rappelant celle du tabac et des feux de cheminée de la ville. « Pour moi le parfum de Paris doit être complexe, poursuit Joël Andrianomearisoa. Paris est faite d’accords et de désaccords. Paris est un paradoxe car elle peut être une ville calme et parfois agressive et sonore. Dans la fragrance, quelque chose évoque le bruit. Il y a cette urbanité. La fragrance s’échappe du monolithe lorsqu’on l’ouvre. Elle est immatérielle, impalpable et ensuite on découvre l’histoire, l’écriture qui réveille émotion et mémoire, crée une projection. »

Joel Andrianomearisoa
Joël Andrianomearisoa

Interview

La Laguna

Johan Creten

La Laguna
4 000€

24 éditions numérotées disponibles

Commander

Le second artiste invité est un des plus grands sculpteurs contemporains, précurseur dans son utilisation novatrice de la céramique et premier artiste d’origine belge à avoir eu les honneurs du musée du Louvre, en 2005 : Johan Creten. Le choix de lui confier Venise, ville appréciée et maintes fois visitée par les fondateurs de diptyque, s’imposait. Célèbre également pour ses grands bronzes allégoriques, l’artiste installé à Paris est un amoureux de la nature, de l’art du parfum et des bronzes vénitiens, qu’il collectionne avec passion. « Venise est la ville de tous les fantasmes, un mirage, un fantôme, une sirène, une ville à la beauté brutale et vive, décadente et délirante. C’est un territoire de croisement, d’influences artistiques multiples mais aussi la réalité d’un monde économique dense et complexe, de dynamisme et de déclin. »

Pour diptyque, il a imaginé une sculpture en bronze, La Laguna, immergée dans une bougie 4 mèches d’1,5 kg en verre teinté bleu, dont la cire d’un bleu vert translucide, rappelant les eaux vénitiennes menaçantes de l’acqua alta redevenues claires récemment, laisse apparaître l’icône féminine. En brûlant, la bougie au parfum travaillé par Cécile Matton évoquant la fraîcheur d’un potager aux notes marines accentuées, libère la sculpture. À l’idée initiale du potager de Venise, l’artiste a souhaité ajouter « l’odeur de la mer, la note d’iode, une odeur légère, indéfinissable, fraîche comme le vent qui flotte au dessus de l’eau quand on passe « Torcello » en « vaporetto » et qu’on sent la cuisine et les jardins. » Semblant progressivement sortir des eaux, La Laguna symbolise pour l’artiste « le passage du temps, la fragilité de cet écosystème, le mystère ». Une bougie « memento mori par excellence » qui laisse, une fois utilisée, la trace vive de son passage via une édition limitée tirée à 24 exemplaires à garder pour longtemps, « un petit objet avec une « vie » indépendante, qui fait rêver et interpelle. »

Johan Creten
Johan Creten

Interview

The Cave of Chiron

Zoë Paul

Chiron
5 000€

15 éditions numérotées disponibles

Commander

Pour évoquer la Grèce, terre d’élection et source essentielle d’inspiration des fondateurs de la Maison, diptyque a sollicité la peintre et sculptrice d’origine sud-africaine Zoë Paul. Née à Londres et vivant à Athènes, l’artiste entretient un lien profond à la Grèce, à son histoire et à son art, dont témoigne sa pratique tournée vers les matériaux et les formes antiques. Pour diptyque, elle s’est rendue spécialement à Miliès, troisième destination du Grand Tour. « La chose qui m’a le plus fortement marquée est la profonde spiritualité de l’endroit. L’église sur la place du village, vaste grange en pierre au toit d’ardoise dans le style de l’architecture ottomane de la région. À l’intérieur, l’odeur de l’encens, les bas-reliefs dorés, les scènes mythologiques peintes sur les murs par un prêtre du Mont Athos et les icônes qui scintillent dans la lumière vacillante. Dans la mythologie, Miliès est le lieu du centaure Chiron, qui était guérisseur et pratiquait la médecine par les plantes.

En suivant le chemin du village, je suis arrivée par hasard à la grotte de Chiron. Elle était encadrée de buissons de lauriers et, au moment de ma visite, de petits iris sauvages violets. À l’intérieur, l’espace s’ouvrait également de façon plus sépulcrale qu’il n’y paraît. » L’esprit des lieux lui a inspiré son édition exclusive, limitée à 15 exemplaires : un petit rideau de perles en céramique - sa signature - cuites selon la technique traditionnelle japonaise du raku qui donne à chacune une couleur différente et qui crée du relief, surmonté d’une couronne en étain. « Je voulais associer l’orthodoxie propre à la culture grecque et j’ai demandé à un artisan de reliquaires du Mont Athos de la concevoir. » Les perles du rideau dessinent une main, référence à Chiron, et symbole sacré renvoyant au soin, à l’amour et à l’art; « une partie du corps qui m’attire particulièrement, la main qui fabrique des outils, qui guérit, qui touche l’autre. Une sensualité. » À accrocher ou à poser, la pièce The Cave of Chiron renferme un palet de porcelaine qui exhale le parfum, à la fois frais et chaud de l’escale grecque haut perchée, capturé par Olivier Pescheux, convoquant cyprès, figuiers et immortelles. Pour Zoë Paul, « le parfum est un déclencheur direct de la mémoire, son aspect éphémère peut nous transporter vers des lieux profondément personnels, il est sensuel, évocateur. Il sublime la beauté et le côté sauvage de la nature et peut nous ouvrir à des endroits cachés au plus profond de notre subconscient. »

Zoë Paul
Zoë Paul

Interview

Fragrance of Infinity

Kankitsuzan x Hiroshi Sugimoto

Parfum de l'infini
6 000€

15 éditions numérotées disponibles

Commander

« Un voyage par-delà les montagnes qui nous invite au Japon, de KANKITSUZAN x Hiroshi Sugimoto »

Hiroshi Sugimoto, quatrième artiste invité pour Le Grand Tour, est un artiste contemporain vivant entre New York et Tokyo. KANKITSUZAN est une terre fertile surplombant la baie de Sagami, dans la ville d'Odawara. Comme son nom japonais l'indique, ses collines sont parsemées de champs d'agrumes. C'est ici que Sugimoto a créé en 2011 une fondation agricole portant elle aussi le nom de KANKITSUZAN, dont le paysage fut une véritable source d'inspiration pour cette édition d'artiste. Sugimoto explique : « Cette vue me rappelle ma première rencontre avec la mer étant enfant, elle a inspiré ma série photographique Seascapes. L'observatoire Enoura, situé à KANKITSUZAN, est un édifice que j'ai passé 20 ans à dessiner et à concevoir. J'aimerais l'utiliser pour transmettre la quintessence de la culture japonaise à un plus large public. » Pour Le Grand Tour, Hiroshi Sugimoto a créé Fragrance of Infinity, dont le flacon est inspiré du « Mathematical Model » installé dans la bambouseraie de KANKITSUZAN. Le parfum qu'il contient a été spécialement mis au point par diptyque. Il capture les senteurs des collines de KANKITSUZAN, rappelant l'importance de la relation entre l'homme et la nature qui perdure depuis l'aube de l'humanité. Étayée par une expression poétique et par un savoir-faire minutieux, cette édition d'artiste symbolise la merveilleuse harmonie entre l'art et la nature, chère à diptyque."

KANKITSUZAN est un territoire vallonné qui surplombe la baie de Sagami, dans la ville d'Odawara. Il abrite une fondation agricole du même nom, créée par Hiroshi Sugimoto. Terre sur laquelle, l'artiste contemporain a également conçu l'observatoire Enoura en 2017, afin de pouvoir transmettre la quintessence de la culture japonaise à un plus large public. Hiroshi Sugimoto s'est aussi donné pour mission de revitaliser les terres adjacentes abandonnées et travaille en harmonie avec la nature pour créer des formules dépourvues de produits agrochimiques.

Né à Tokyo en 1948, Hiroshi Sugimoto a déménagé aux États-Unis en 1970 pour y étudier la photographie. Artiste multi-disciplinaire, il s'intéresse de près à la photographie, à la sculpture, aux installations, au spectacle vivant, à l'architecture, au jardinage et à la gastronomie. Les œuvres d'art de Sugimoto ont été exposées dans le monde entier. Elles sont présentes dans de nombreuses collections publiques, dont celles du musée Solomon R. Guggenheim, du Metropolitan Museum of Art et du Museum of Modern Art à New York, ainsi que de la Smithsonian Institution à Washington. En 2001, Sugimoto a été lauréat du Prix international de la Fondation Hasselblad, qui récompense chaque année un photographe d'exception. Il s'est vu décerner le 21e Praemium Imperiale en 2009, a reçu la médaille au ruban pourpre de l'État japonais en 2010 et a été nommé officier de l'Ordre des Arts et des Lettres par l'État français en 2013. Le Japon lui a également remis le prix de la Personne de Mérite culturel en 2017."

KANKITSUZAN
KANKITSUZAN
X
Hiroshi Sugimoto
Hiroshi Sugimoto

Interview

Secretum

Rabih Kayrouz

Secretum
4 200€

15 éditions numérotées disponibles

Commander

Le dernier invité de prestige du Grand Tour est un artiste de la haute couture, designer de sa propre maison, Rabih Kayrouz, célèbre dans le monde entier pour ses robes aux coupes fluides et rigoureuses et pour son univers raffiné, sensible et poétique. diptyque l’invite à créer une édition artistique inspirée de Byblos, ville à côté de laquelle il a grandi et qui le fascine depuis l’enfance. « C’est le seul lieu historique que je pouvais visiter à l’époque. Cette ville a toujours été pour moi un lieu de rêve, je tentais de comprendre comment on y vivait dans l’antiquité. Elle est liée à de nombreux souvenirs et beaucoup de fantasmes. » Le créateur s’est amusé pour l’occasion à travailler la céramique. « Je sculpte déjà les matières et les tissus autour des corps pour mes robes. Mais la céramique est une grande première pour moi. Je m’amuse avec cette nouvelle envie. »

Son récit démarre ainsi : qu’est-ce que Desmond aurait rapporté de Byblos ? « Partir et revenir avec quelque chose de tangible de son voyage, ne jamais laisser le voyage derrière soi. Cela m’a réellement séduit dans la démarche de Desmond et correspond à la façon dont je crée : mes inspirations proviennent de récits ou de situations vécues. » Dans un coffret en bois de cèdre reposent ainsi trois petites sculptures, semblables aux vestiges qu’auraient pu rapporter les fondateurs de diptyque à l’issue de leur visite : le fragment d’une maquette d’un temple, le fossile d’un coquelicot, fleur née dans la proche vallée d’Adonis où Rabih Kayrouz a vu le jour, et un fragment en or d’une couronne de cèdre qui aurait pu appartenir au roi de Byblos, hommage à la forêt qui servit dans le monde antique à la construction des merveilles du monde et dont les cèdres transitèrent depuis Byblos, le plus vieux port du monde.
Le designer livre pour diptyque sa propre boîte à merveilles, intitulée Secretum, « aux angles parfaits, sans aucun maniérisme, fermée grâce à un fil de plomb », dont l’un des objets est parfumé de la senteur Byblos conçue par Fabrice Pellegrin. « Ce parfum sincère m’a rappelé de nombreux souvenirs, conclut l’artiste, les odeurs de café et de cèdre qui pour moi, sont très évocatrices du Liban. »

Rabih Kayrouz
Rabih Kayrouz

Interview

 

Cinq artistes

Joël Andrianomearisoa, Johan Creten, Zoë Paul, Hiroshi Sugimoto et Rabih Kayrouz ont imaginé cinq œuvres originales pour un voyage en cinq escales, France, Venise, Grèce, Japon et Liban.
Toutes ces éditions d’artistes ont un parfum d’ailleurs… Un parfum diptyque.

Commander

Les éditions d'artistes sont disponibles à la vente dans des quantités très limitées.
Prix hors taxe et hors frais de transport.
Pour obtenir plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire.
Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à diptyque et à ses prestataires aux fins de gestion de la relation client. Pour en savoir plus, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

* Champs obligatoires

To top